Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Structure politique’ Category

Par Patrick Milochevitch

Singapour est officiellement un État « multiracial ». Ce « multiracialisme » illustre, d’une part, une réalité démographique multi-ethnique chinoise, malaise, tamoule, constitutive de la cité-État et, d’autre part, une composante idéologique fondamentale du projet national imposé par les dirigeants politiques du PAP qui président à la destinée de l’île depuis son indépendance en 1965.

(suite…)

Read Full Post »

Par Vanessa Alexandra Duchemin

Contrairement à la tendance du reste de l’Asie qui semble faire des efforts pour marcher vers la démocratie, la Birmanie reste et demeure sous un régime autoritaire et répressif. La Birmanie met tout de même en place certaines institutions modernes et ayant un certain aspect démocratique, mais malgré une certaine intégration de valeurs et principes démocratiques, la mondialisation ne semble avoir aucun impact sur le gouvernement birman, et ne semble pas aider à résoudre la question du respect des droits de l’homme.

(suite…)

Read Full Post »

Par M’hammed Kilito

Le billet cinq se veut être une analyse des quatre précédents. Les régimes politiques des pays étudiés dans le cadre de ce projet notamment les Philippines, la Birmanie, la Thaïlande et l’Indonésie ont toutes été grandement influencées par le pouvoir de l’armée ou celui du peuple quand ce n’est pas une alternance entre les deux (comme en Thaïlande).

(suite…)

Read Full Post »

Par M’hammed Kilito

Le pouvoir politique des militaires indonésiens s’est affaibli depuis la chute de Suharto en 1998. Ce déclin relatif de la position politique de l’armée a été l’une des conséquences importantes du changement de régime en Indonésie. Cependant, on assiste à un retour graduel des militaires au pouvoir. Le retour des militaires au sein de l’appareil étatique (l’actuel président Susilo Bambang Yudhoyono est un ancien militaire) serait-il une menace pour la démocratie?
(suite…)

Read Full Post »

Par M’hammed Kilito

La longue dictature de M. Ferdinand Marcos a pris fin en 1986 grâce à l’engouement du peuple à travers l’organisation d’une révolte non-violente plus connue sous le non d’EDSA 1 (ou People Power Revolution). Cependant, le renversement du régime de Marcos a très souvent été attribué qu’au seul pouvoir du peuple alors que cette révolte n’aurait pas pu avoir lieu et encore moins réussir si les cadres économique et politique n’y étaient pas favorables. La mobilisation de la population doit énormément à l’appui d’éléments influents comme l’Église Catholique et une partie de l’élite économique et militaire sans oublier le feu vert et l’encouragement de l’administration Reagan.

(suite…)

Read Full Post »

Par Hakim Harakat

Le Cambodge était une monarchie avant de devenir un protectorat français en 1863. Cette protection contre les puissants voisins, le Siam et l’Annam, dont bénéficie le pays permet à certains rois, notamment le roi Sisowath, au pouvoir de 1904 à 1927, de récupérer certains territoires comme les provinces occupées par le Siam (ancien nom de la Thaïlande, et aussi de moderniser les institutions, mais cela à moindre mesure qu’au Vietnam où la France s’est moindrement investie. Une opposition pacifiste contre l’occupation française commence à se faire ressentir dans les années 1930 s’élargissant aux jeunes intellectuels et aux bonzes (moines bouddhistes) influencés par Son Ngoc Thanh.
(suite…)

Read Full Post »

Par Hakim Harakat

Les Espagnols, durant leur colonisation des Philippines, agissent en tyrans. José Rizal influence le mouvement nationaliste, dirigé par Andrès Bonifacio et Emilio Aguinaldo, par ses écrits. En 1896, les nationalistes proclament la république, évènement qui se conclut par un échec et qui pousse Aguinaldo à s’exiler. La guerre hispano-américaine éclate, les États-Unis en sortent vainqueurs et l’archipel leur est cédé par le traité de Paris le 10 décembre 1898.
(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »