Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Indonésie’

Par Jarryd N’michi

L’Indonésie reste l’un des pays les plus touchés par la crise qui s’est emparée des marchés asiatiques à la fin des années 90. Jusqu’à lors, l’économie indonésienne ne connaissait aucun ou peu de déséquilibres de ses principaux agrégats économiques (épargne élevée, finances publiques équilibrées, inflation maîtrisée). Toutefois, à cause de sa fragilité politique son économie était très sensible aux moindres fluctuations des marchés internationaux. L’ampleur de la crise asiatique l’a profondément ébranlée et le pays a dû faire face à une crise sans précédent.

(suite…)

Read Full Post »

Par Vanessa Alexandra Duchemin

La mondialisation, c’est-à-dire l’ouverture sur le monde, la multiplication des échanges et l’uniformisation des pratiques, est souvent perçue comme un aspect favorable au développement des pays. La mondialisation avait permis une forte croissance en Indonésie et dans le reste de l’Asie du Sud-Est. Toutefois, la mondialisation pose un certain nombre de défis qu’il est nécessaire d’aborder à travers les points de vue historique, économique, politique et social.

(suite…)

Read Full Post »

Par M’hammed Kilito

Le pouvoir politique des militaires indonésiens s’est affaibli depuis la chute de Suharto en 1998. Ce déclin relatif de la position politique de l’armée a été l’une des conséquences importantes du changement de régime en Indonésie. Cependant, on assiste à un retour graduel des militaires au pouvoir. Le retour des militaires au sein de l’appareil étatique (l’actuel président Susilo Bambang Yudhoyono est un ancien militaire) serait-il une menace pour la démocratie?
(suite…)

Read Full Post »

Par Camille Gaudreault

L’Indonésie est l’État musulman le plus peuplé du monde. À la chute du Général Suharto en mai 1998, l’Indonésie a eu l’opportunité de s’engager dans la voie de la démocratie. Aujourd’hui, malgré des progrès, il y a toujours beaucoup de lacunes dans le système politique. Il est donc difficile d’affirmer que l’Indonésie est un État totalement démocratique.

(suite…)

Read Full Post »

Par Marie-Anitha Jaotody

Pour comprendre le rôle de l’armée comme force socio-politique en Indonésie, il faut revenir à la période révolutionnaire entre 1945 et 1949 où celle-ci joue un rôle central dans la lutte pour l’indépendance. Durant cette période,  des raisons patriotiques motivaient l’armée ; les luttes militaires étaient directement liées aux luttes politiques. De plus, celle-ci fonctionnait d’ailleurs  comme une guérilla et en plus de lutter contre l’occupation, elle organisait la vie politique et civile. Une fois l’indépendance acquise, l’armée se perçoit  donc comme une force politique centrale et essentielle à la naissance de la nation et toutes les interventions futures seront expliquées et légitimées par le rôle que l’armée a joué dans la lutte pour l’indépendance [1].

(suite…)

Read Full Post »

Par Arnaud Daoust Janson

On peut remonter loin dans l’histoire de la colonisation agricole en Indonésie. De nos jours, le concept, parfois mieux connu sous le nom de transmigration, s’inscrit dans un vaste programme du gouvernement pour développer l’archipel. Le Middle-Term National Development Plan 2005-2009 comporte trois agendas politiques. Le troisième concerne le bien-être de la population. C’est à l’intérieur de cet agenda que le programme de transmigration prend aujourd’hui place au sein du monde rural.

(suite…)

Read Full Post »

Par Julien Poirier Falardeau

Dès l’indépendance de l’Indonésie, la tension a commencé à monter entre la province de Aceh et le pouvoir central à Jakarta. Les causes de la tentation indépendantiste de ce qu’on appelle parfois la province rebelle ont souvent été associées, à tort, à la mouvance jihadiste. Elles se trouveraient plutôt dans un nationalisme typiquement Acehnais que dans la montée de l’islamisme dans la région.

(suite…)

Read Full Post »

Par Julien Poirier Falardeau

Les pas-de-géant accomplis par l’Indonésie sur la route de la démocratisation depuis 1998 sont considérables. Mais deux accrocs à la théorie en science politique nous font douter de l’avenir de cette démocratie, soit l’absence d’un système de partis et la faible capacité de l’État indonésien à répondre aux besoins de sa population. La vie politique de l’archipel répond aujourd’hui aux critères de Dahl [1] pour être qualifiée de démocratique, soit des élections libres, justes, fréquentes et où tous les citoyens ont le droit de voter et de s’exprimer. À certains égards, la démocratie à l’indonésienne serait même en voie de consolidation.
(suite…)

Read Full Post »

Par Benjamin Labrecque

Les politiques gouvernementales de relocalisations ont eu des impacts négatifs considérables sur les minorités indigènes habitant les îles extérieures [1] d’Indonésie. Ce programme a forcé les paysans sans terres et les populations pauvres vivant dans les îles surpeuplées de Java et Bali à migrer vers les parties moins populeuses de l’archipel. Cette politique devait servir à soulager la pression démographique de Java et Bali et aide également à incorporer les îles extérieures à l’intérieur de l’archipel. Cependant, les impacts à long terme des relocalisations sont maintenant devenus évidents à travers l’archipel.

(suite…)

Read Full Post »

Par Audrey Reeves

Du retrait de la puissance coloniale portugaise en 1974-1975 jusqu’aux années 1990, le Timor-Oriental a été le lieu de violations importantes des droits humains perpétrées par les troupes indonésiennes sur la population timoraise orientale [1]. À la fin des années 1990, la communauté internationale, par le biais de l’Organisation des Nations Unies, s’est mobilisée de façon à permettre la tenue d’une consultation populaire et d’un processus de construction de la nation au bout duquel le Timor-Leste devient un État indépendant le 20 mai 2002 [2]. Ce processus de création de l’État et de la nation a pris place sous la supervision de l’Administration transitoire des Nations Unies au Timor oriental (ATNUTO). Si cette dernière a réussi à mener le Timor-Leste à l’indépendance, ses objectifs de construction de la nation n’ont été atteints que très partiellement, à cause d’une tension entre les différents objectifs de la mission et d’une incapacité à intégrer les Timorais dans le processus de gouvernance.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »