Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juin 2008

Par Samuel Barbas

Pour faire suite au premier billet portant sur le monopole gouvernemental concernant les élections, il sera question ici du contrôle du gouvernement sur sa population et les médias. Pour mieux comprendre ce dont il s’agit, rappelons simplement l’illégalité des rassemblements de cinq personnes ou plus à des fins politiques, ainsi que les poursuites judiciaires systématiques par le gouvernement pour diffamation [1]. Malgré ces lourdes mesures, les Singapouriens ne sont que très peu à quitter le pays.

(suite…)

Read Full Post »

Par Benjamin Labrecque

Les politiques gouvernementales de relocalisations ont eu des impacts négatifs considérables sur les minorités indigènes habitant les îles extérieures [1] d’Indonésie. Ce programme a forcé les paysans sans terres et les populations pauvres vivant dans les îles surpeuplées de Java et Bali à migrer vers les parties moins populeuses de l’archipel. Cette politique devait servir à soulager la pression démographique de Java et Bali et aide également à incorporer les îles extérieures à l’intérieur de l’archipel. Cependant, les impacts à long terme des relocalisations sont maintenant devenus évidents à travers l’archipel.

(suite…)

Read Full Post »

Par Samuel Barbas

Singapour s’impose comme un modèle de prospérité. Toutefois, même si officiellement il s’agit d’une démocratie (par la tenue d’élections législatives et présidentielles), il faut admettre que l’encadrement gouvernemental a des airs despotiques. La majorité des critiques à l’endroit de ce régime proviennent de l’Occident parce que les libertés individuelles et les droits de la personne priment dans nos sociétés.
La majorité des critiques à l’endroit de ce régime proviennent de l’Occident parce que les libertés individuelles et les droits de la personne priment dans nos sociétés. En Asie, Singapour est de plus en plus vue comme LE modèle à suivre [1] (Juan 2003).

(suite…)

Read Full Post »

Par Benjamin Labrecque

Depuis la fin de la guerre froide, les politiques du gouvernement vietnamien à l’égard de ses minorités autochtones vont souvent à l’encontre du mode de vie traditionnel de ces populations. La politique de culture et de résidence fixes, la question de la propriété de la terre, l’augmentation de la migration des basses terres vers les hautes terres et la méconnaissance gouvernementale du mode de vie autochtone sont les quatre aspects les plus probants à cet égard.

(suite…)

Read Full Post »

Par Vo Viet-Anh

La grande compagnie américaine Coca-Cola a implanté une usine à quelques kilomètres hors de la ville de Ho Chi Minh Ville. Les élèves des écoles publiques au Vietnam soumis à la propagande communiste ont souvent l’occasion de visiter ces installations dans le cadre de sorties éducatives qui leur montrent des méthodes de travail capitaliste. Sans les réformes du Doi Moi, la présence de ce symbole du capitalisme en terre communiste n’aurait pas été possible. Toutefois, cette ouverture sur le monde ne se fait pas sans heurt puisque le patrimoine culturel du Vietnam fait maintenant face à l’invasion des cultures étrangères.

(suite…)

Read Full Post »

Par Vo Viet-Anh

L’Association of Southeast Asian Nations a été créée en 1967 en plein milieu de la Guerre froide comme rempart à l’expansion du communisme dans le monde. Depuis la chute de l’Union Soviétique, l’ASEAN reprend pleinement son vrai rôle de moteur pour l’intégration économique dans la région. Pourtant, cette tentative de multilatéralisme reste largement infructueuse. Les pays membres, incluant le Vietnam depuis 1995, ont depuis le début des années 2000, signés plus d’accords commerciaux bilatéraux que jamais auparavant tout en laissant les négociations multilatérales au point mort.

(suite…)

Read Full Post »

Par H. Aysegul KARSLI

«Non aux solutions conditionnelles de FMI! Non à sa politique économique orthodoxe !» [1]

C’est ainsi s’est opposé la Malaysia aux prescriptions économiques du Fonds monétaire international au lendemain de la crise asiatique de 1997. Alors que ses voisins (tous aussi victimes de la tourmente financière) n’ont pas hésité à adopter une politique de réduction des déficits publics et de hausse des taux d’intérêt afin de recevoir les aides monétaires importantes du FMI, la Malaysia privilégia une politique budgétaire expansionniste ! Le gouvernement adopta une stratégie d’isolement monétaire les effets de la restructuration se firent sentir dès 1999 avec la revalorisation du marché boursier.

(suite…)

Read Full Post »

Par Audrey Reeves

À la suite du refus de la junte militaire birmane de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire internationale aux populations éprouvées par le passage du cyclone Nargis en mai 2008, le principe de responsabilité de protéger a été invoqué pour défendre la possibilité de forcer l’entrée de l’aide humanitaire au Myanmar [1]. Avec l’expérience de la débâcle irakienne, on peut toutefois s’attendre à ce que toute volonté de forcer l’entrée d’un État en invoquant des raisons d’ordre moral soit confrontée au scepticisme de la communauté internationale [2]. L’expérience du Myanmar a fait ressortir les difficultés de mettre en application le principe responsabilité de protéger et l’importance de chercher des voies alternatives pour assurer la sécurité des populations lors de désastres humanitaires. Dans cette perspective, il paraît important d’attirer l’attention sur l’apport potentiel des organisations régionales, en particulier l’ASEAN, dans le cas de l’Asie du Sud-Est.

(suite…)

Read Full Post »

Par Audrey Reeves

La consolidation de la paix désigne les « efforts déployés pour promouvoir la sécurité humaine dans les sociétés émergeant de conflits » et s’oriente autour du concept de sécurité humaine [1]. L’une de ses dimensions est la démocratisation des sociétés, car le renforcement des institutions politiques et juridiques est considéré comme l’un des principaux facteurs diminuant les chances de reprise des hostilités.

Le cas du Cambodge est représentatif de la difficulté éprouvée par les efforts d’assistance internationale à consolider des institutions démocratiques fonctionnelles [2]. En effet, l’APRONUC (l’Autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge) est l’exemple d’une intervention étrangère bien intentionnée qui, en dépit du succès qu’on lui attribue, a en fait été instrumentalisée pour légitimer l’autoritarisme du parti au pouvoir [3].

(suite…)

Read Full Post »

Par Audrey Reeves

Du retrait de la puissance coloniale portugaise en 1974-1975 jusqu’aux années 1990, le Timor-Oriental a été le lieu de violations importantes des droits humains perpétrées par les troupes indonésiennes sur la population timoraise orientale [1]. À la fin des années 1990, la communauté internationale, par le biais de l’Organisation des Nations Unies, s’est mobilisée de façon à permettre la tenue d’une consultation populaire et d’un processus de construction de la nation au bout duquel le Timor-Leste devient un État indépendant le 20 mai 2002 [2]. Ce processus de création de l’État et de la nation a pris place sous la supervision de l’Administration transitoire des Nations Unies au Timor oriental (ATNUTO). Si cette dernière a réussi à mener le Timor-Leste à l’indépendance, ses objectifs de construction de la nation n’ont été atteints que très partiellement, à cause d’une tension entre les différents objectifs de la mission et d’une incapacité à intégrer les Timorais dans le processus de gouvernance.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »